Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 14:44

KaplaT.jpgLa question de la part de l'acquisition de l'écrit dans l'acquisition du langage est abordée en plusieurs temps en fonction de ce qu'on entend par "langage". Ce premier article pose les bases qui permettent d'inscrire l'écrit comme acte de langage, dans un contexte social. Un deuxième montrera comment cette évolution participe à une meilleure expression verbale.  

 

- Nous avons posé le cadre temporel du langage, un langage d'action en relation avec un "vécu" expérientiel personnel,

- Yann a réalisé la valeur sociale de l'acte "lire" et mime cet acte en s'y efforçant avec ses ressources propres (éléments d'épellation pour une syllabation).

- Il joue à assembler des éléments pour construire en 3D avec les kaplas, laissant libre court à une créativité qui intègre des modèles qu'il va chercher lui-même sur internet.

C'est ainsi qu'il apporte une feuille qu'il a composée lui-même, de l'ensemble de ses créations (son téléphone lui permet de les photographier), voir ci-dessus.

Parallèlement à cette activité spontanée (réalisée de façon autonome, chez lui) nous avions repris l'évocation d'un espace temps dans le passé.

Le scénario: un W-E spécial

Il s'agit d'un travail de langage, construction d'un scénario vécu en essayant de reconstituer ce qu'il a fait le W-E précédent où il était invité chez son meilleur copain Anto. Comme nous le faisions à partir des images, nous (sa mère participe) ciblons les différents lieux et temps du scénario pour obtenir des réponses. Qu'a-t-il fait? L'amorce se fait par ce qu'il a dit en arrivant le samedi:

- Bonjour

Tu es allé où?:

- dans la chambre à Anto. Il était là aussi.

Vous avez fait quoi? Un jeu vidéo? (ne sait pas) Ecouté de la musique?

- et il y a plein de chanteurs et français aussi.

Portugais?

- parce que Portugal. Anto aussi.

ensuite, à la cuisine?

- pâtes à la (?) bolognaise

puis dans la chambre?

- téléphoné (à qui?) à Jona. Anto aussi, nous 2

le soir tard? Dormi?

- ouais aussi.

Le matin suivant Yann téléphone à sa mère au lieu de se lever

- tu es réveillée?

La mère intervient: on est dimanche et on s'était donné rendez-vous pour aller où?

- restaurant... déssign et serpan (de Chine et Japon).

J'écris en majuscules  avec des paniers pour mettre en place les syllabes: A ZIA TI.QUE

- On a été Montreau (il retourne au samedi) près du parc (où il s'est quitté avec sa mère qui reformule l'ensemble en le reformulant dans le temps). Après où? Paris?

- au ci-né-ma (le Rex) vu la "féerie des eaux"

- (m'interpelle) regarde tout ça (il mime).

T'as vu quoi?

- les piéliss? Reformulé : Les Gaulois? Astérix et Obélix et y avait les romains et César... sur Rome. "Maitre" (nous l'écrivons MAI TRE). ... potion magique et truide.

- Regarde, a fait (mime).

- demain match de foot je vas aller.

Cadre social et monde de symboles culturels

BrésilYoannLa séance suivante je lui propose de dessiner ce qu'il veut, pleine d'espoir de voir quelque chose d'original et... il dessine un cadre qui deviendra un drapeau. J'avais retourné la trousse où sont les crayons pour qu'il ne copie pas les fleurs et il identifie  - le lapin, sans envisager de le recopier. Il a bien quelque chose à dire, de secret même, comme il le précisera à sa mère ultérieurementà propos du drapeau. Son copain est Portugais d'origine, il y a eu un match...  pendant que nous parlons sa mère et moi, en sa présence, du désir qu'il a exprimé dans un cadre familial de se marier. Il veut être parent. Nous évoquons souvent le fait qu'il se conduit comme un grand ou un bébé, encourageant ses efforts...

Mais pour lui l'église est synonyme de mariage... Je donne mon point de vue: pour se marier il faut travailler, aimer et être aimé (sa mère insiste sur la réciprocité). J'introduirai, dans d'autres séances, savoir lire et écrire, compter etc..

Pour se marier à l'église, il faut être baptisé (ce qu'il n'est pas). Mais quand il entre, il fait le signe de croix ou s'incline mains jointes, sa mère précise, comme dans un restaurant asiatique. Il n'a pas repéré les salutations "arabes" car sa source d'information concernant les rituels (pragmatique) vient des dessins animés. Il montre ainsi un réel désir d'intégration sociale et la perception de ses modalités dans un contexte iconique. Mais si sa mère a besoin d'en parler c'est aussi qu'il est excessif dans ces manifestations et devient vite "envahissant". Je le rapproche de son comportement avec la musique lorsque nous tentions de l'aider à contrôler sa stéréotypie...
Nous revenons sur son amour des dessins animés. En ce moment ce sont les tortues ninja. Il demande à sa mère si elle a aime. Ce n'est pas le cas.

Cadre social et valeurs fondamentales (croyances)

Drapeau Fcais(Yoann)A la suite de cette séance, il lui a fallu absolument envoyer le drapeau Brésilien (à défaut de Portugais) à Anto, comme un "secret", pas anodin. Et il m'en apportera un Français car, à mon sens, il en faut un autre pour donner son sens au premier, en tant que représentant symbolique d'une nation et je le lui avais demandé.

Nous parlons de drapeau pour associations, pour la recherche, cf. médicale. Nous parlons d'animaux, de l'impact de l'homme sur l'environnement. J'introduis la différence entre "savoir" sur l'environnement et "croyance", je redéfinis pour sa mère le statut de la connaissance. Et voilà la France en question, qui est français? Il a une éducatrice africaine à l'IMPRO. Il y a ceux du groupe percussion (Kapuera)... Les spécificités viendront plus tard. Le thème reste l'ouverture à une appartenance.

Nous parlons donc culture (rythme) et art. Il faut toujours faire appel à quelque chose de connu. Sa grand-mère est à l'hopital (décédée depuis): il y a les peintures de mamie, une comparaison avec son renard (une huile). Travailler à la façon... de. Faire "pareil que" mais avec leur émotion cf. le renard chez eux. Il parle beaucoup de Picasso.

 

Yann s'était montré très intéressé par le graphisme des écritures basés sur des dessins comme les hiéroglyphes et les caractères chinois. Son rapport à l'écrit en était à les recopier en listes, comme il le faisait des noms des pokemons pour notre écriture. Un premier niveau d'appropriation à ses yeux. Mais ces "figures" n'avaient pas de "sens" et il ne pouvait les combiner pour "entrer dans l'écrit". Sa découverte des Kaplas lui a permis de réaliser de façon autonome un certain nombre d'opérations cognitives, témoignant de la créativité dont avaient témoigné ses premiers dessins au moment où il quittait sa position autistique. Mais le sens du langage ne peut venir d'un travail technique qui en perfectionne la forme. Il vient du rapport des mots au monde qui nous entoure et accompagne le développement personnel d'un enfant. 

 

Yann a été très présent à cette discussion qui permettait à sa mère d'exprimer ses difficultés pour le guider dans son développement actuel, car grandir, ouvre pour lui, un champ dont il faut poser les limites autrement que par "fais pas ci fais pas ça". Ce sera confirmé par la manifestation ouverte de son opposition dans une séance proche... qui amènera une autre discussion du même ordre pour lui sur l'acceptation du changement dans toutes ses dimensions.  

 

Le langage de Yann s'enrichit peu à peu d'autres dimensions que celles que procure un stock d'énoncés adaptés à une situation particulière de communication verbale, plus ou moins stéréotypés, car ceux qu'il construit restent parataxiques pour une parole souvent déjà peu compréhensible dans ses expressions figées, du fait des réductions tant syllabiques que syntaxiques qu'elle présente, comme on peut l'analyser dans le corpus du W-E proposé ci-dessus. Il ne suffit pas de l'aider à mieux poser les mots et construire ses phrases même si ce travail sera abordé dans un autre article dans le cadre de ses progrès face à la perception de l'écrit. Il comprend mieux le monde qui l'entoure, sortant de son propre monde d'enfant comme l'a prouvé ce qu'il a exprimé dans le jeu au cours du dernier scéno-test qu'il ait réalisé où il s'identifiait au Docteur Who.

Repost 0
Published by Jaz - dans Handicap
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 08:00

   LorsqueKapla1.jpg Yann, jeune trisomique, s'est ouvert au monde à 9 ans et a commencé à s'exprimer par le dessin,

Toilele dessin était alors manifestement  pour lui, mouvement, comme cette toile, quelques mois plus tard.

 

maison1maison2Il s'est construit et a construit les objets de son environnement en découvrant comment fermer ces mouvements ce qui a donné une maison éclatée avant de la refermer en perspective par exemple.

Pour les personnes le mouvement (émotionnel) était rendu le plus souvent par leur expression même.

Un article sur le site présente brièvement son évolution au cours de cette année où, sortant de la sensibilité de l'autisme, il est entré dans les apprentissages avec le déficit intellectuel de sa trisomie. Il y est entré à sa façon. 

Sans reprendre cette évolution discutée dans les articles en lien, à l'appui de cette interprétation du rôle du mouvement et de sa base pulsionnelle, l'évolution de Yann, jeune adulte de 19 ans, très retardé dans sa parole comme dans son rapport à l'écrit, ne l'empêche pas de se débrouiller sur internet, d'y avoir trouvé des sites de Kapla et de se livrer à des constructions s'inspirant probablement des modèles proposés, sans les copier car il n'a pas d'imprimante. Il  a pris en photos ses réalisations et sa mère les a tirées sur papier pour qu'il puisse me les apporter.

La photo du Kapla qui est en tête de l'article m'a semblé la plus complexe et traduit bien ce besoin de mouvement qu'il peut laisser de côté par ailleurs comme en témoigne cette autre ci-dessous!

Kapla2Ychateau1 001 copieOn y retrouve même un de ses anciens dessins quand il s'est lancé à mettre en place le château, vers 13-14 ans...

Evidemment certains jeux l'y ont préparé dans un espace à deux dimensions, en particulier un des jeux  de TV Neurones, le maçon, lorsqu'il doit placer des portions de murs en tenant compte de ce qui est caché par la perspective. Il le maîtrise tout à fait... et c'est une récompense que de finir sur lui lorsqu'il a fait beaucoup d'efforts pour mieux parler, ou, maintenant, pour "lire".

Yann est donc capable de s'inspirer de modèles pour créer de nouvelles compositions. Il a conscience de sa réussite et comme il a besoin des pièces pour en créer d'autres... il leur donne un statut d'image en les photographiant. Il est bien dans un monde de représentations et de leur partage.


Repost 0
Published by Jaz - dans Handicap
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:11

livre contraires copieCe n'est pas faute d'avoir mis en place tous les prérequis excepté la parole courante, que ce soit dans son centre avec les exercices de maternelle, ou, depuis qu'il est jeune adulte, l'incitation à...

Maintenant Yann a le réflexe de se mettre à lire, position, recherche de la lettre, association avec le son, compromis de la méthode que nous lui avions présentée au départ (Furi) qui passe par la correspondance grapho-phonique, sans correspondre pour autant au B.A.BA d'un méthode syllabique partant du nom de la lettre... En effet, l'adulte accompagnateur souligne ou recherche la syllabation pour correspondre (et renforcer) le travail sur sa  parole dont témoignent plusieurs articles utilisant le support de vocalab pour sa visualisation.

On lui a appris à nommer la lettre (bé té cé), sa mère la sonorisant avec e, be te, se etc... pour pouvoir l'associer, il est vain de reprendre la démarche originale, encore présente avec moi, ici et là pour actualiser le geste du son qu'elle évoque et favoriser ainsi l'association qui ne se fait pas encore, faute, en particulier d'avoir intégré les graphies de deux ou trois lettres pour une voyelle. Nasales, au, et, es etc...

Mémorise-t-il globalement des mots, l'article "le", le "et", et quelques autres petits mots? il en reste à un déchiffrage syllabique fondé le plus souvent sur Bé (ou Be) a ba. 

Ce n'est pas en lui faisant répéter encore et encore les mêmes textes qu'il a compris la fonction de l'écrit.

 

Retour sur son parcours des derniers mois, dans le cadre établi depuis le dernier scéno-test.

Les séances, régulières au début se sont espacées.

- pragmatique pour comprendre l'attente de l'autre dans une situation sociale identifiée

- grâce à la lecture d'indices (objets de la situation personnages mimiques gestes de visée attitudes etc...) sur l'image, (dialogue 27 CEPE) qui se poursuit jusqu'aux vacances d'été en première partie de séance (un article reprendra le travail de "langage" que cela a permis)

Du mime aux mots: les mots c'est pour "dire"

afin d'accéder aux symboles numériques au delà des premiers nombres, et aux opérations additives, jusqu'à s'appliquer dans l'interprétation de ses résultats dans des jeux de TV Neurones pour donner sens aux progrès dans les résultats. 

  • fiche lecture copieIl y a eu cette fiche sur les magasins dont nous avions déjà réalisé la consigne avec aide: faire correspondre le magasin au dessin, et chercher le contenu de ce qu'on y vend en fonction de son expérience personnelle appuyée sur une reconnaissance plus ou moins globale à partir d'une syllabe des mots écrits. Nous avions exploré chez le boulanger.

 C'était constituer un lexique en évocation.

  •  Il y a eu, en mai,  ce moment où il a annoncé qu'il voulait lire et, pendant que les adultes parlaient entre eux, le gros livre de Harry Potter qu'il a ramené, "Je suis adulte maintenant" en essayant d'en déchiffrer le titre, tâtonnant avec beaucoup d'aide "Harry Potter et la chambre des secrets": problème pour des, et .. nous avons repris le carnet pour aider à la mise en place de "un très mauvais anniversaire". Nous sommes ensuite allés faire des puzzle de TV Neurones, autre assemblage.

Il a manifesté son désir de lire et réalisé qu'il y avait du chemin à faire, acceptant un retour au technique avant de retrouver ses activités favorites.

  •   Il y a eu ce petit livre choisi pour son contenu où il s'agissait de trouver les contraires selon un critère énoncé dans la consigne? (Illustration initiale de l'article) Sa mère le lui a présenté comme le quiz qu'il avait réalisé à la dernière braderie.

 Il l'a abordé comme un livre, concentré pour comprendre ce qu'on lui demandait (ligne écrite en haut de page), ce qui a déjà été un travail de déchiffrage et plus encore de reformulation de notre part... car il s'agissait de vérifier qu'il avait accès aux notions impliquées par la comparaison: le plus mince est devenu le moins gros (le plus/le moins), 1er/dernier, décomposition de l'énoncé totem jaune tout en haut et vert tout en bas, travail d'expression verbale, de langage comme avec le livre dialogue ci-dessus), vérification au verso de la page de la réponse attendue etc... Il lui a fallu deux séances pour le terminer.

  •   La séance suivante il a retrouvé la fiche des magasins où il avait réalisé avec aide "la boulangerie" et s'est mis d'emblée en position de lecteur autonome.

Il a réussi pratiquement seul à découvrir ce qu'on trouvait chez le fleuriste (mot qu'il réussit à dire après l'avoir écrit de lui-même, en mélangeant majuscules et minuscules sous le modèle). Il a rayé ce qui n'y était pas avant d'identifier des fleurs dont il ne connaissait pas le nom.

Un premier déclic s'est confirmé: l'attitude à avoir est là dès qu'il identifie la tâche.  

De lui-même il cherche à écrire confirmant l'importance de l'entrée kinésique pour identifier le mot en associant les syllabes.

 

Le déclic du lien oral/écrit

Le déclic du "lire" s'est enfin manifesté de façon tout à fait inattendue et explicite au retour des vacances: le lien entre la parole et l'écrit!

Comme nous en avions l'habitude, pour l'aider à répéter correctement les mots escamotés quand il parle de ses activités en colonie, sa mère lui pose les syllabes écrites. Il s'agit d'obtenir une syllabe de plus au centre, une finale... escalade, mousqueton, zip (tyrolienne), acrobranche (dans un parc de loisir) etc... 

Je reprends le principe qu'elle a posé, en le complétant pour les autres mots sur la feuille devant lui (avant nous utilisions des petits post-its) en dessinant les paniers (feston) pour matérialiser la syllabe, en particulier pour visualiser la place de la consonne entendue en finale (réunissant les syllabes écrites dans un même panier). Nous arrivons même à plusieurs mots (groupe du nom) et tout d'un coup


Yann attrappe la feuille support de ce travail sur le lien entre audition et syllabation et la rapproche de ses yeux, en prenant sa position de lecteur, tout en manifestant un bonheur intense. Il a compris le lien entre parole et écrit, l'écrit qui lui a permis de bien répéter, s'approprier une forme orale, est, en quelque sorte, un porte-parole..

 

Yann est bien passé de "dire" à "lire"... 


Repost 0
Published by Jaz - dans Handicap
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:59

images.jpgUne page se tourne


Un an après son grand-père, Yann vient de perdre sa grand-mère. Elle avait été très présente pour lui et lui pour elle depuis que ses parents l'avaient ramenée chez eux. Quand il n'était pas dans sa propre chambre, avec son ordinateur, il regardait la télé avec elle dans la pièce commune...

Elle perdait un peu la tête et après avoir envisagé pour elle une maison médicalisée, elle a été hospitalisée et est partie, un an plus tard après le deuill de son compagnon.

La cérémonie a été identique et Yann a bouleversé ses parents par sa présence et sa compréhension de la situation, non sociale mais affective. Il est sorti du cocon familial en voulant prendre la parole sans les accompagner au moment des rituelles prises de paroles, parler seul et plus tard aller jusque derrière la vitre, ne quittant pas le cercueil des yeux, il a su dire:

 

adieu mamie, tu manques à moi.

Repost 0
Published by Jaz - dans Handicap
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 10:38

Boulier copie Yann et  l'apprentissage des centaines.


La situation de départ

 Livré à lui-même dans le jeu de TV Neurones pendant que je parle avec la maman de la nécessité de l'aider à grandir pour qu'il quitte cette position de jeune enfant de 4-5 ans, à tendance fusionnelle, ignorant de toute la dimension pragmatique de la relation à autrui qui montre bien qu'il a bien un trouble global des apprentissages, il finit par chosir un jeu de puzzle, enfantin pour lui, qui repose sur des images d'animaux toutes plus splendides les unes que les autres, et est tout heureux de nous montrer la première de ces images qu'il reconstitue.

puzzle.JPGCe jeu nous permet alors un double travail.

- En langage: identification et nomination de l'animal reconstitué. Travail à deux niveaux, celui de la parole, mise  en place de la 4e syllabe en tapant l'alternance (accent sur la 3e toujours escamotée, celui de l'évocation du nom comme pour un oiseau: qu'est-ce que tu vois comme couleur? rouge, où elle est, montre-moi sur toi, au moment même où il dit -gorge (en plongeant la tête, signe de malaise).

- sur l'apprentissage des nombres au-delà de cent car il y a des points gagnés à chaque fois et un bonus qui se marquent l'un et l'autre en centaines, et proposent même au final une addition. C'est lui qui attire notre attention dessus. Spontanément il additionne les chiffres identifiés sans tenir compte de la valeur du 0, indicateur de séparation (relation topographique).

De la manipulation à la représentation

Je vais alors chercher le boulier (présentation de son utilisation dans l'apprentisssage sur le site en suivant le lien) et trouve une autre façon de faire "réaliser directement le nombre" avec les boules. Au lieu de dessiner comme j'ai fait avec Artus des bouliers sans barre (voir "code" dans l'article en lien), Yann étant plus dans l'action, le mouvement, que dans une représentation d'un objet, je bascule le boulier pour avoir 100 et compte le nombre de fois où il faut le faire pour obtenir le nombre de centaines désirées.

C'est le préparer, dans l'action, à repérer le premier nombre comme indicateur des  "fois cent" ultérieurement...

à suivre...

Repost 0
Published by Jaz - dans Handicap
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de J Zwobada Rosel
  • Le blog de J Zwobada Rosel
  • : sos lire écrire, mais aussi communiquer, s'exprimer enfin quand on se sent enfin "exister" au regard de l'autre, à sa place, libérer sa créativité... Communauté d'appartenance qui n'existent plus: Langage Art-thérapie Neuro-psychologie (Pontt) Sur les sciences humaines Communauté des consciences etc...
  • Contact

Profil

  • Jaz
  • Orthophoniste à l'ancienne mais à l'écoute...

- L'avatar correspond à des dessins d'enfants tels qu'ils me voient. Il y a 30 ans, un jeune malentendant de 9 ans me dessinait avec des taches de rousseur (non non ce ne sont pas des larmes!)
  • Orthophoniste à l'ancienne mais à l'écoute... - L'avatar correspond à des dessins d'enfants tels qu'ils me voient. Il y a 30 ans, un jeune malentendant de 9 ans me dessinait avec des taches de rousseur (non non ce ne sont pas des larmes!)

Recherche